Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Anne Bourrel, auteur La Manufacture de livres

Les poubelleurs

12 Octobre 2015 , Rédigé par anne bourrel

Les poubelleurs

J’ai tout jeté. Tout ce qui gênait, je l’ai jeté. J'ai fourré les adverbes dans les sacs en plastiques. Les participes présents étaient moins nombreux, mais j’ai pu remplir deux autres sacs. Des sacs noirs de trente litres. Dans les poches de supermarché, j’ai mis les mots communs et les images faciles. J’ai encore déniché deux ou trois adjectifs moches et une virgule en trop que j’ai mis dans une poche de la librairie Un point un trait, j’ai fermé le sac avec un élastique à cheveux.
De longues tresses de mots gluants me collaient aux doigts, j’ai dû me laver les mains plusieurs fois avec de la térébenthine et me gratter les ongles à la brosse.
Il m’a fallu plusieurs voyages en ascenseur pour sortir tous ces sacs poubelles. C’était lourd. J’avais chaud. Le camion est arrivé juste comme je balançais dans le grand conteneur le dernier sac, celui des adverbes. Il n’y avait qu’un seul poubelleur au volant. Quand il m’a vue, il m’a fait signe. Je me suis approchée. Il m’a montré comment accrocher les conteneurs à l’arrière du camion et faire basculer la benne pour que le contenu s’y déverse.
Je me suis assise près de lui, dans le camion. L'iris de ses yeux était bien noirs, sa sclérotique d'une blancheur lumineuse.

J’ai fait la tournée. On n’a pas échangé trois mots.
Les gens jetaient des phrases encore neuves, inutilisées. Je me suis largement servie.

Le poubelleur me regardait de biais, il devait désapprouver mes sortes de larcins. Aussi, quand il a passé sa main sous ma jupe, je l’ai laissé faire.
Et je ne l’ai pas regretté.


Après, il m’a raccompagnée chez moi en camion poubelle. Avec les phrases de récupération, je me suis tout de suite remise au travail. J’avais des mots collés partout, sur les vêtements, dans les cheveux. Le lendemain, ça a recommencé. Ménage textuel, poubelles, camion, tournée en ville.
Cette fois, l’homme au volant avait des yeux marron et il était légèrement bègue.

Lire la suite

Je mouille (texte et voix anne bourrel, musique gil non)

5 Octobre 2015 , Rédigé par anne bourrel

Je mouille (texte et voix anne bourrel, musique gil non)

Pour entendre le fichier son, rendez-vous ici:

http://www.autour-des-auteurs.net/magazine/magazine_n11.html#mouille

Je mouille. Je suis un lac, tout un lac, avec toute l’eau dedans.
Je suis une mer toute mouillée, toute ouverte, jamais j’ai mouillé comme ça, jamais.

C’est dans tout le ventre, ça vient de la mouillure première, il y a dans cette eau de moi tout ce que je ne te dirai jamais, et en mieux.

C’est… je n’en peux plus et puis aussi je suis bien dans cette mouillure toute mouillée où je te retrouve alors que tu n’es pas là, et que je t’appelle, que je t’y conduis, que je te conduis là, ouverte et mouillée, où je suis une eau, un lac, toute la mer, viens, je suis mouillée de mouillure.

Je vois la pluie m’entrer dedans, depuis ma bouche jusqu’en bas je mouille.

Lire la suite