Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Anne Bourrel, auteur La Manufacture de livres

Jeudi en anglais, ça se dit Jédaï ?

28 Janvier 2010 , Rédigé par anne bourrel écrivain pop

 

Hier soir, j’ai lu une biographie de Flaubert qui vient de sortir au Diable. J’ai passé un très bon moment avec Gustave et Louis-Paul. Combien me touche la retraite de Flaubert dans sa maison de famille : il s’y est volontairement installé (enfermé trop connoté négativement) pour écrire seul avec sa mère, sa nièce, seul tout court quand l’une est morte et que l’autre s’est mariée. Comme il a dû être heureux entre ces deux femmes et l’écriture, avec ses amis à portée de plume…on s’écrivait beaucoup à l’époque, plus encore qu’aujourd’hui avec nos mails. Le dit-on assez combien on est heureux dans l’écriture ? Bien sûr, c’est dur, il y a le doute, les douleurs aux dos, bras, poignets, le manque d’argent et de reconnaissance, mais quelle heureuse nage libre…d’ailleurs Flaubert jeune homme aimait nager.  Flaubert a écrit n’avoir eu qu’un seul ami véritable (et pourtant, il en a eu de bons amis, de bons camarades qu’il aimait passionnément plus que ses femmes). Son seul ami véritable aura été son père. C’est vrai, les parents des écrivains ne sont pas toujours leurs ennemis (famille je vous hais, n’est pas le seul modèle), parfois même ce sont nos meilleurs amis.

(Le livre: Gustave Flaubert, un vieux garçon, par Louis-Paul Astraud, Au Diable Vauvert, 2010.
La photo représenterait Flaubert en 1846, derrière lui, le portrait de Louise Collet. Cette photo fait débat, c'est très intéressant, cf. site de pierre assouline (sorry François) et site officiel de Flaubert.
Et bien sûr, pour Flaubert, la biog en trois volumes de Jean-paul Sartre...)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article