Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Anne Bourrel, auteur La Manufacture de livres

Chez Aline et Albert, théâtre très court

15 Novembre 2011 , Rédigé par anne bourrel écrivain pop

P1130086

 

Un appartement, une table est dressée. Au total, six personnes.

 

Ils se saluent joyeusement, s’embrassent, déposent leurs manteaux et leurs écharpes sur les bras de la maitresse de maison.

 

La musique, très forte couvre presque entièrement leur voix. Ils marchent vite et à petits pas, ce qui leur donne un air d’acteurs de films muets.

 

Noir.

 

Les mêmes, attablés. La musique a cessé.

 

L’un des quatre couples apparaît plus nettement que les autres. Il s’agit d’Aline et Albert assis l'un à côté de l'autre.

 

SUZANNE à ALINE :

Et vous, vous faites quoi dans la vie ?

 

ALINE

Je suis écrivain

 

SUZANNE

Ah ! E-cri-vain ! Oh ! Comme c’est bien, c’est extraordinaire.

 

JEAN-JOHN

Et vous écrivez quoi ?

 

PHILIPPE, qui ne s’en remet pas

Aaah ! Ecrivain, ooh !

 

VIRGINIE

Très bien, très bien…

 

JEAN-JOHN :

Et vous arrivez à en vivre ?

 

ALINE

Non, mais j’ai un autre métier.

 

PHILIPPE

Ah, oui, lequel ?

 

Sourires de tous

 

ALINE

Eh bien, je suis putain.

 

Les sourires tombent.

 

JEAN-JOHN

Vous plaisantez ?

 

ALINE

Non. Je suis putain à mi temps, deux ou trois après-midi par semaine, c’est selon.

 

SUZANNE horrifiée

Vous faites le trottoir ?!

 

ALINE

Je l’ai fait au début, quand j’écrivais encore de la poésie mais avec le roman, non, je ne prends que les clients de mon choix, sur rendez-vous. Des messieurs très bien, plutôt fortunés, un peu dans votre genre, Jacques.

 

 

JACQUES

Oh ! Mais c’est fou ! Et comment vous…

 

ALINE

Oui, c’est fou mais vous savez, c’est bien payé et ça me laisse du temps pour l’écriture.Et puis, en passant du côté  commerce de luxe, je peux pratiquer le free sex, c’est encore mieux payé, donc, deux clients par semaine, et ça suffit. Je vais bientôt pouvoir me décrire comme une vieille pute à la retraite !

 

SUZANNE

Free-sex, c’est quoi ?

 

ALINE

Eh bien le contraire du safe sex. No condom, pas de préservatif, c’est ce qui paye le mieux, vous savez, en ces temps de crise…

 

long regard de tous les convives.

 

PHILIPPE

Et vous, Albert, vous acceptez facilement ?

 

ALBERT

Oh, oui, vous savez, nous avons trois enfants à nourrir alors, avec l’écriture, il faut se serrer les coudes.

 

PHILIPPE

Se serrer les coudes ?

 

ALBERT

Oui, se soutenir, et moi je soutiens ma femme à mille pourcents ! Mille pourcents !

 

PHILIPPE

Mais enfin, vous n’êtes pas dégouté quand elle revient auprès de vous ?

 

 ALBERT

Ah, ça, non, ma foi, une bonne douche et plus rien n’y parait ! Elle est comme neuve ! Et hop ! Et, surtout, ça ne la fatigue pas trop. Parce qu’à l’époque où je l’ai connue, voyez-vous, elle enseignait dans un collège alors, vous savez, là, c’était dur. Surtout avec les collègues et la hiérarchie ! De vrais teignes !Parce qu’avec les enfants, ça se passait pas trop mal, pas vraie, chérie ? Bon, bien sûr, ils n’avaient pas envie ni besoin, soyons honnêtes, d’apprendre quoi que ce soit de ce qu’elle devait leur enseigner. Maintenant, au moins Aline gagne bien sa vie et elle fait plaisir à ceux pour lesquels elle travaille. N’est-ce pas chérie ?

 

ALINE

Tout à fait, mon amour, tout à fait.

 

Silence des convives, tous se mettent à manger en silence, le nez dans leurs assiettes et je me demande bien pourquoi.

 

Noir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

marc lafon 23/09/2012 12:49


 


j'en doutais bien....


cé bienx ekri :-))